Le Centre de la Famille Valcartier fait la promotion de ses services en région

Larger image Plus de 1200 militaires libérés pour des raisons médicales par année se heurtent à d’importants défis personnels pendant la transition vers la vie civile. Photo - Gracieuseté

Par Simon Leblanc, journal Adsum

Des familles de vétérans des Forces armées canadiennes (FAC), il y en a aux quatre coins de la province. N’ayant pas toutes un Centre de ressources pour les familles de militaires (CRFM) à proximité, elles ne savent pas que l’aide est plus proche qu’elles pensent. C’est pour cette raison que le Centre de la famille Valcartier (CFV) tient jusqu’à la fin de la semaine une campagne pour informer les familles des militaires libérés pour raisons médicales des services à leur portée. 

Une publicité diffusée sur les ondes des radios, des Îles-de-la-Madeleine jusqu’à Trois-Rivières, présente le témoignage de proches qui ont bénéficié du soutien du CFV.  

Comme l’explique l’intervenante pour les familles des vétérans au CFV, Marie-Ève Genest, cette campagne a pour but faire savoir aux familles dans les régions qu’ils sont là pour eux. «Souvent, les gens hésitent à nous contacter parce qu’on ne se situe pas physiquement à deux pas de chez eux. Ce qu’on veut, c’est rappeler que nous sommes là pour les aider», affirme-t-elle. 

Comment une famille qui vit à plus de 1000 kilomètres d’ici peut recourir aux services du CFV pour leur proche libéré des FAC pour raisons médicales? Grâce à des agents sur le terrain, il est possible pour le CFV de créer des liens avec des services communautaires locaux. En connaissant la situation des familles de vétérans du coin, les services locaux sont en mesure d’aider ces familles, en offrant des rencontres avec un travailleur social par exemple. Pour des besoins plus pointus, des membres du personnel du CFV peuvent se rendre sur place, selon Mme Genest.

«Je crois profondément que cette campagne va contribuer à faire connaître ces services. On essaie de mettre l’accent sur la famille. Les proches qui vivent la transition avec le vétéran se sentent souvent moins visés par les programmes offerts, mais on est là aussi pour eux», soutient Mme Genest, qui a également accordé plusieurs entrevues à ce sujet à la radio. 

Un projet pilote qui se porte bien

Le Programme des services aux familles des militaires (PSFM), lancé il y a un an et demi dans sept CRFM du Canada, dont Valcartier, porte ses fruits jusqu’à présent, affirme Marie-Ève Genest. Les familles qui ont fait appel au PSFM se portent mieux et ont accès à des services qui ciblent leurs besoins.

Ce projet pilote d’une durée de quatre ans vise à aider les familles des vétérans libérés pour raisons médicales. Le PSFM fournit notamment de l’accompagnement et de l’information sur la transition entre le milieu militaire et le civil ainsi que de l’aide en recherche d’emploi, avec l’aide d’intervenants.

Une étude avait en effet révélé que la transition de la vie militaire à la vie civile peut être une période particulièrement stressante pour les membres des FAC et leur famille. @txttab:Pour de l’écoute, une évaluation de besoins, une évaluation psychosociale et autres situations propres aux familles des vétérans, communiquez avec Marie-Ève Genest au 418 844-6060 ou sans frais au 1 877 844-6060. Pour plus d’infos sur le PSFM, rendez-vous à forcedelafamille.ca ou composez le numéro sans frais 1 800 866-4546.

<< Back to home page