Australian Army Skill at Arms Meeting : Le troisième rang mondial pour le Canada

Larger image L’équipe de tir du Canada était composée en majorité de membres provenant d’unités de la Base Valcartier. Photo - Gracieuseté 2 R22eR

Par Simon Leblanc ,journal Adsum

L’équipe de tir des Forces armées canadiennes (FAC) a fait belle figure au l’Australian Army Skill at Arms Meeting (AASAM) qui se tenait du 5 au 26 mai à la base militaire australienne de Puckapunyal. L’équipe de tireurs canadiens s’est classée au troisième échelon sur 21 pays.

Au total, les représentants de la feuille d’érable, pour la plupart des membres du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC), ont ramené au pays 18 médailles d’argent et quatre médailles d’or. C’est une performance remarquable, d’autant plus qu’il s’agit de la compétition de tir militaire la plus prestigieuse du globe.

«On a de très bons tireurs au Canada. Nous avons déclassé plusieurs pays de pointe qui ont la chance de s’entraîner à l’année, privilège que nous n’avons pas. On est très satisfait des résultats obtenus», commente l’entraîneur de l’équipe, sergent Christian Boisvert, du 2e Bataillon, Royal 22eRégiment (2 R22eR).

C’est l’équipe de l’Indonésie qui a obtenu la première position, suivie par l’équipe des Forces japonaises d’autodéfense.

Ses médailles, l’équipe canadienne les a récoltées en partie lors des matchs de tir statique. Le Sgt Boisvert précise que ses gars sont très précis sur n’importe quelle distance et savent tirer leur épingle du jeu lors des matchs où la volatilité est mise à l’œuvre. De plus, les Canadiens ont établi un record lors d’une épreuve de vitesse d’exécution et de précision. En 22,69 secondes, les tireurs ont couru une distance de 100 mètres en atteignant huit cibles.  

En 18 jours de compétition, l’AASAM poursuit l’objectif de préparer les soldats au succès sur le champ de bataille dans divers types de combats armés. En font partie, des épreuves pour tireurs d’élite, des champs de tir statique et en mouvement au pistolet, ainsi qu’à la mitrailleuse légère et lourde, et des matchs dynamiques où les soldats ont un parcours à franchir en tirant sur des cibles.

«En plus de peaufiner les capacités de tir, ce que cette compétition vient faire, c’est développer la gestion du stress, la capacité d’identifier les cibles rapidement et de les engager efficacement», précise le capitaine de l’équipe, lieutenant Éric Tremblay, du 2 R22eR. 

Au-delà de la compétition, cet événement permet aux militaires canadiens d’échanger avec les autres pays. Selon le Lt Tremblay, le Canada est toujours très apprécié des autres nations.

Le cycle de compétition recommence

Les compétitions internationales d’importance comme l’AASAM et Bisley en Angleterre, qui se tiendra à la fin du mois de juin, sonnent la fin du cycle annuel pour le tir militaire. Toutefois, ça recommence assez vite. Les 12, 13 et 14 juin, le 5 GBMC procédera à la sélection de son équipe en vue de la Concentration de tir à l’arme légère des Forces armées canadiennes (CTALFAC). Au terme de cette compétition annuelle, l’équipe canadienne sera reformée pour l’AASAM et Bisley 2018, et la roue continuera.

<< Back to home page