Un été chargé au programme du camp Vimy

Larger image Cet été, plus de 900 étudiants affluent sur la Base Valcartier pour prendre part au trimestre estival d’instruction individuelle (TEII) du camp Vimy. Photo - Gracieuseté

Par Édouard Dufour, journal Adsum

Au plus fort du Trimestre estival d’instruction individuelle (TEII), 1200 stagiaires seront présents au camp Vimy de la Base Valcartier. C’est en juillet que ce chiffre est atteint, mais il faut dire que le camp fourmille de réservistes et d’instructeurs depuis la fin de mai.

Les instructeurs du camp assureront l’enseignement de 12 cours de la Force régulière, 52 cours de la Force de réserve et deux cours mixtes jusqu’à la fin du TEII le 18 août.

En plus des cours habituels, le camp réintroduira cette année la formation de base des techniciens en approvisionnement. «Ce que l’on a de nouveau, c’est le retour des cours d’approvisionnement, après environ cinq ans d’absence», témoigne le capitaine Jean-Yves Moreau. Les finissants pourront ensuite briguer un poste au sein des différentes compagnies ou des bataillons des services. «Toutes les unités peuvent avoir besoin de ces services d’approvisionnement», explique le Capt Moreau.

L’ensemble des unités de la Réserve au sein de la province de Québec vont effectuer la majorité de leur formation de base, à temps plein, au camp Vimy. Ce dernier fait partie de la base, mais ses installations ne sont pas entièrement permanentes. Bien que le camp utilise les installations de la Base Valcartier telles que «les infrastructures de base, les champs de tir et les salles d’entraînement», plusieurs de ses composantes sont spécialement mises sur pied l’été venu.  

En plus de former les membres de la Réserve de l’Armée de terre, le camp prévoit la formation du personnel de la Réserve navale, dans le cadre de six cours destinés aux recrues, ainsi que de deux autres cours s’adressant aux officiers. 

Déroulement

Durant la semaine de cours régulière, pour l’esprit de corps, les stagiaires couchent sur le camp. Bien que certains cours ont comme principal objectif le perfectionnement de la maîtrise du métier, plusieurs étudiants bénéficieront d’une promotion au terme de leur formation au camp Vimy.

Des membres des Forces armées canadiennes appartenant aux domaines de l’infanterie, de l’artillerie, des blindés, des transmissions, mais aussi des techniciens de véhicules et d’armement sont formés au camp Vimy.

Délais serrés

La particularité du calendrier scolaire québécois représente un défi considérable pour les organisateurs du camp Vimy. «Nous avons autant de gens qui sortent du secondaire que de l’université. Les autres provinces peuvent prolonger la formation jusqu’à la fête du Travail, mais pas nous», explique le Capt Moreau. Alors que les premiers cours ont débuté en mai, la formation se terminera officiellement le 11 août.

L’organisation du camp Vimy nécessite une logistique complexe. C’est pour cette raison que les organisateurs planifient plus d’un an à l’avance sa tenue. Une «accélération du recrutement des membres de la Réserve», ainsi qu'une «volonté de créer plus de cours et de faciliter la progression d’un plus grand nombre de stagiaires» sont les raisons citées par le Capt Moreau pour expliquer les responsabilités de plus en plus grandes du camp Vimy.

Plusieurs des instructeurs enchaîneront l’enseignement d’un grand nombre de cours, et ce, tout au long de l’été. Certains proviennent de l’extérieur de la périphérie immédiate de Québec. En effet, des enseignants se mobilisent à partir de «Rouyn-Noranda et du bas du fleuve.»

«Ce n’est pas tout le monde qui est disponible deux mois en été. En général, les candidats ayant la qualification de caporal-chef peuvent devenir instructeurs», conclut le Capt Moreau.  

 

 

<< Back to home page