Le colonel Stéphane Boivin prend le commandement du 5 GBMC

Larger image Le Bgén Hercule Gosselin, commandant de la 2 Div CA et de la FOI[E], signe le parchemin officialisant le commandement du 5 GBMC au Col Stéphane Boivin (à gauche). Photo - Cpl Nathan Moulton, Imagerie Valcartier

Par Simon Leblanc, journal Adsum

C’est sous un ciel alternant entre soleil et nuages que des milliers de militaires du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC) ont accueilli leur nouveau commandant, colonel Stéphane Boivin, et salué chaleureusement le commandant sortant, brigadier-général Michel-Henri St-Louis, lors de la prise d’armes tenue sur le terrain de parade de la Base Valcartier, le 22 juin.

Cette notable tradition militaire était présidée par le commandant de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées (Est) (2 Div CA et FOI[E]), brigadier-général Hercule Gosselin. Le grand patron de l’armée au Québec a fait une entrée remarquée sur le terrain de parade, à bord d’un Jeep militaire d’époque, accompagné des commandants désigné et sortant.

Le Bgén Gosselin a d’abord passé en revue les unités alignées sur le terrain de parade, formant un vaste quadrilatère complété par les tentes et gradins accueillant invités et spectateurs. Parmi les dignitaires, notons la présence du lieutenant-gouverneur du Québec, Michel Doyon. Tous ceux qui ont pris le micro au cours de la parade, ou presque, ont fait l’éloge de la tenue «impeccable» des troupes sur le terrain de parade.

Le major Jean-Guy Morin, aumônier principal du 5 GBMC, a ensuite prononcé une prière, avant de laisser la tribune au Bgén St-Louis qui s’adressait à ses soldats pour une dernière fois. «Je suis habité d’un sentiment de nostalgie, premièrement pour le cadet qui était sur ce même terrain de parade en 1987, mais aussi parce que je sais qu’aujourd’hui, je tourne la page sur des années de service qui ont fait en sorte que je n’aurai plus jamais la chance d’être proche de vous pour faire face aux défis à venir», a affirmé le commandant sortant du 5 GBMC.

Celui qui poursuivra sa carrière militaire aux États-Unis a pris le temps de rendre hommage à son successeur, le décrivant comme une personne hautement qualifiée pour prendre les rênes du 5 GBMC. Après des remerciements bien sentis à tout son entourage militaire, le Bgén St-Louis s’est tourné vers sa famille pour lui exprimer sa reconnaissance pour le soutien qu’elle lui a accordé tout au long de sa carrière.

Le 5 GBMC est entre bonnes mains

«Vous (soldats de Valcartier) faites partie de ce que le pays a de mieux à offrir : résilients mentalement et physiquement, mais au-dessus de tout, des professionnels d’exception, avec une culture francophone qui nous est propre, et faisant preuve d’un dévouement inlassable à la défense et à la sécurité de notre pays et de ses citoyens». Tels ont été les premiers mots que le Col Stéphane Boivin a adressés aux troupes après avoir reçu officiellement le commandement de la brigade.

Depuis son enrôlement dans les Forces armées canadiennes (FAC) en 1988, le Col Boivin a cumulé divers mandats qui ont enrichi son expérience et son leadership. Il a notamment occupé différents postes d’état-major et de commandement au 12e Régiment blindé du Canada (12 RBC) entre 1997 et 2013. Il a d’ailleurs pris le commandent de cette même unité de 2011 à 2013. Le Col Boivin arrive de l’Australian Defence College, à Canberra, où il a complété avec succès le Cours d’études en défense et stratégie.  

Le Bgén Gosselin s’est dit convaincu que le Col Boivin était au sein de l’armée de terre «le colonel le plus qualifié et le plus apte à prendre les rênes du 5 GBMC». «Il a la confiance de l’Armée canadienne (AC) et il est évident qu’il a le gabarit qu’il faut pour poursuivre l’œuvre de son prédécesseur et amener la brigade vers de nouveaux sommets», a-t-il souligné au cours de son allocution.

C’est donc muni de ces marques de confiance que le Col Boivin prend place à la tête du 5 GBMC pour les deux prochaines années qui comprendront une montée en puissance et une année de haute disponibilité opérationnelle.

De plus, le Col Boivin entend baser son passage à la Base Valcartier sur cinq lignes directrices : le personnel d’abord, la mission de l’AC, l’excellence opérationnelle, le respect de la diversité et l’opération HONOUR.

(Encadré biographique)

Colonel Stéphane Boivin

Le Col Boivin est affecté au 12 RBC à la suite de sa formation élémentaire. Il y occupe divers postes d’état-major et de commandement à tous les niveaux. De 2011 à 2013, il commande le régiment.

Ses affectations extra régimentaires l’amènent à l’École de l’Arme blindée comme instructeur, au Quartier général du Secteur du Québec de la Force terrestre (2e Division) dans les positions de G3 Ressources, J5 et J7, au Quartier général de l’Armée canadienne en tant que coordonnateur pour le chef d’état-major stratégie terrestre et au Quartier général de la Défense nationale aux opérations courantes de l’état-major interarmées stratégique. De juillet 2015 à janvier 2016, il agit comme commandant de la Force opérationnelle interarmées pour contrer les menaces d’explosions des FAC (FOICMEFAC). De janvier à juin 2017, il agit en tant que conseiller spécial au commandant de l’AC.

Le Col Boivin participe à quatre missions internationales. Il est déployé à deux reprises avec différentes unités en ex-Yougoslavie, sous le mandat de la Force de stabilisation de l’OTAN. Il commande un escadron de reconnaissance en 2008 dans la province de Kandahar, avec le groupement tactique du 2nd Patricia Princess Canadian Light Infantry au sein de la Force opérationnelle (FO) 1-08. En 2014-15, il commande la FO El-Gorah, en Égypte dans le cadre de l’op CALUMET, agissant simultanément comme chef de liaison pour la Force multinationale et d’observateurs.

Détenteur d’un baccalauréat en mathématiques de l’Université du Québec à Montréal, le Col Boivin possède également une maîtrise en sciences militaires appliquées et gestion de défense du Collège militaire de Kingston, une maîtrise en défense du Collège des FAC de Toronto et une maîtrise en relations internationales de l’Université Deakin de Melbourne en Australie. Il a complété le Programme d’état-major technique de la Force terrestre à Kingston, le cours de commandant et d’état-major de la Force terrestre à Kingston, le Programme de commandement et d’état-major interarmées au Collège des FAC à Toronto et le Cours d’études en défense et stratégie de Canberra en Australie.

Le Col Boivin est originaire de Lachenaie. Il est marié et père de trois jeunes adultes.


<< Back to home page