Test FORCE 2017: un premier essai concluant

Larger image Le colonel Stéphane Boivin, commandant du 5 GBMC, a franchi avec conviction les étapes du défi proposé.

Par Édouard Dufour, journal Adsum

Les membres de la chaîne de commandement du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC) ont mis à l’épreuve le nouveau test FORCE combat, le 2 octobre. Lors de cette pratique, les équipes de commandement du 5 GBMC ont été les premières à conduire la nouvelle version de cette norme de condition physique au sein de la brigade. Les troupes devront, elles aussi, s’y conformer dans les prochains mois.

La norme individuelle d’aptitude au combat est destinée aux membres de l’Armée canadienne et vise à augmenter l’état de préparation physique et mentale des soldats. Elle est composée d’une marche de cinq kilomètres en uniforme de combat avec un sac de patrouille (10 kg) et l’attirail de combat (25 kg). Ce test implique aussi des épreuves cardiovasculaires en uniforme et attirail de combat : une course précipitée sur 20 mètres, la levée de sacs de sable, une course-navette avec charge, ainsi que la traction de sacs de sable.

«On voulait démontrer aux troupes et à nous-mêmes qu’on pouvait le faire avec un minimum de préparation et en des temps respectables», explique l’adjudant-chef Luc Lacombe, sergent-major du 5 GBMC, juste après avoir effectué le test. Il précise que la chaîne de commandement se fait un devoir de se tenir fin prête pour ce genre d’épreuves. «Le colonel Boivin et moi, si on a une journée très remplie, on va se présenter à 5 h 30 du matin pour faire l’entraînement nécessaire», témoigne l’Adjuc Lacombe à propos de son engagement et de celui du commandant de la Brigade.

Particularités

L’Adjuc Lacombe indique que des changements notables sont apportés au nouveau test FORCE. «Il s’agit d’une évaluation individuelle chronométrée avec un évaluateur par personne. Le système de poches de sable exige un équipement par personne, ainsi qu’un bon espace pour effectuer le test. Il faudra beaucoup de ressources en temps et en coordination pour faire ces évaluations», stipule-t-il.

Le sergent-major ajoute que le niveau de difficulté sera différent pour chaque personne : «La marche de 5 km doit être réalisée entre 50 minutes et une heure. Les quatre autres épreuves se doivent d’être complétées en 15 minutes. La majorité des gens peut achever ces épreuves en environ huit minutes. Avec le poids sur les épaules et l’arme parfois encombrante, l’épreuve pourra être un peu plus difficile pour les personnes de petite taille.»

«Les gens transportent un chargeur plein, des grenades, l’arme de service, les plaques balistiques et des gourdes pleines d’eau. Ils doivent faire les quatre épreuves sans s’arrêter. Les chutes ne sont pas interdites si la personne continue à tirer la charge par la suite», détaille le caporal Nicolas Chabot, membre du 5eRégiment d’artillerie légère du Canada (5 RALC) et évaluateur du test FORCE 2017.

<< Back to home page