Initiative novatrice propulsée par le Web

Larger image

Par Édouard Dufour,  journal Adsum

Le site en ligne EncanFNP.ca, une idée originale du caporal Mathieu Sansoucy, responsable du Service des inventaires des biens non publics de la Base Valcartier, vient de mériter le Prix de l’innovation 2017 des Programmes de soutien du personnel (PSP).

Il s’agit d’une première au Canada. Les équipes des PSP des bases de Saint-Jean et de Valcartier ont travaillé de pair avec le Cpl Sancoucy, afin de créer un site Web permettant de mieux gérer la vente des inventaires en surplus des Fonds non publics (FNP).

«Des gens venaient sur la Base, quelques fois par année, et proposaient des sommes pour nos articles. C’était toujours les mêmes personnes qui se présentaient. Au lieu d’avoir 40 acheteurs, on en a maintenant en moyenne 800, grâce à notre site internet», affirme Michel Lambert, gestionnaire adjoint des PSP.

Alors que la vente du matériel désuet des unités rapportait annuellement près de 3000 $, ce montant frise actuellement les 40 000 $. Michel Lambert n’hésite pas à qualifier «d’effet monstre» la réponse citoyenne envers le nouveau site. «On prévoyait doubler notre volume de transactions, mais on surpasse vraiment nos attentes initiales. Les gens en parlent de plus en plus et l’engouement augmente continuellement», spécifie M. Lambert.

«Des tables, des chaises, de vieux équipements sportifs», sont tous des éléments populaires que l’on retrouve dans le nouvel encan en ligne. Tous les biens non publics sont sous la responsabilité du commandant de la Base. La mise en ligne d’un site autonome et sécuritaire a donc été privilégiée face aux plateformes en ligne traditionnelles. Quatre-vingt-dix pourcent des revenus de la vente d’un article retourne dans les comptes de l’unité qui en était propriétaire, alors que le 10 % restant est redirigé dans le fonds de la Base.

«On a partagé toute notre documentation au forum des gestionnaires PSP et aux autres bases à travers le Canada. Ils vont pouvoir prendre ce modèle et l’améliorer», explique Michel Lambert. «On ne voulait pas un réseau national, mais bien local pour Saint-Jean, Montréal, Farnham et Valcartier. Il fallait apprendre à marcher avant de courir», ajoute-t-il.

Simplicité

«Gérer le site est très simple. Les lots sont en vente pour un certain temps. Les gens peuvent surenchérir directement sur le site web. Aucune transaction d’argent n’est effectuée sur le site. Les gens viennent ensuite à la Base constater l’état des objets et confirmer qu’ils les veulent toujours. Ils font ensuite un chèque à l’ordre du Fonds de la Base», conclut Michel Lambert.

Après avoir cherché les failles initiales du système, un certificat de sécurité a été installé pour renforcer ses défenses. Une infolettre pour annoncer les nouveaux articles en vente sur la page constitue un autre ajout récent.

 

<< Back to home page