Rénovations de la cuisine de la Base : les travaux s’intensifient

Larger image Les rénovations de la cuisine suivent une planification ordonnée.

Par Édouard Dufour, journal Adsum

Les travaux de réfection de la cuisine du bâtiment 505 avancent rapidement. L’Adsum s’est entretenu avec le capitaine Geneviève Thibeault, officier des services alimentaires, et l’adjudant-maître Éric Joly, responsable des opérations alimentaires, au sujet de l’évolution de ce projet d’envergure.

Alors que les travaux ont débuté en décembre, la date fixée pour la réouverture de la cuisine est maintenant le 31 août. «Les planchers de béton sont enlevés, tandis que la plomberie et le système de drainage sont refaits au complet», détaille l’Adjum Joly. Celui-ci ajoute que la date butoir pour la fin des travaux a été quelque peu retardée en raison de la découverte d’éléments non conformes en ce qui a trait à la plomberie d’origine de la cuisine. «Ce sont des choses qui font partie des surprises de la construction, mais l’échéancier est respecté à 80 %», précise le militaire.

Selon le Capt Thibeault, 90 % des nouveaux équipements, incluant «des fourneaux, des machines à vapeur, des congélateurs et des gros équipements de cuisine», ont déjà été livrés à la Base Valcartier. Les deux représentants des services alimentaires de la Base Valcartier précisent que la majorité de ces nouveaux outils de travail ont été conçus sur mesure, par un fournisseur des Forces armées canadiennes (FAC), situé en Colombie-Britannique.

Avec ces ajouts, la durée de vie utile de la nouvelle cuisine atteindra un minimum de 20 ans, selon l’Adjum Joly. Tous les nouveaux équipements pourront être réinstallés dans une nouvelle structure, advenant l’annonce hypothétique de la construction d’un nouveau bâtiment.

Équipe solide

Près d’une quarantaine de cuisiniers civils et une cinquantaine de cuisiniers militaires ont agi rapidement cet automne, afin de transférer les activités de la cuisine du bâtiment 505 au Centre d’instruction des cadets. Le Capt Thibeault explique que le personnel s’est montré «extrêmement professionnel», tout en démontrant «une capacité d’adaptation phénoménale», puisque les installations du camp des cadets comportent leur propre lot de contraintes. «La transition s’est faite dans un temps record grâce au dévouement du personnel», ajoute pour sa part l’Adjum Joly, tout en précisant que le dernier souper a été servi un dimanche soir à la cuisine du 505 et que, dès le lendemain matin, à l’aube, un premier déjeuner était servi au camp des cadets.

L'affluence à la cuisine de la Base peut varier énormément. Les cuisiniers doivent disposer des équipements nécessaires pour faire face à des hausses d’achalandage rapides. «Il y a beaucoup d’arrivées et de départs sur la base. Même si on accueille en moyenne 600 personnes par repas, il faut être capable d’en nourrir jusqu'à 1500, comme lors du récent exercice UNIFIED RESOLVE», affirme l’Adjum Joly.

La chaîne technique d’alimentation d’Ottawa vient de confirmer qu’elle s’inspirera de certains aspects des plans de la nouvelle cuisine du bâtiment 505, pour procéder à l’amélioration de plusieurs autres à l’échelle nationale.

 

<< Back to home page