Sommet du G7 : à quoi faut-il s’attendre à la Base Valcartier?

Larger image Tout membre du personnel de la Base, qu’il soit militaire ou civil, doit s’assurer d’avoir une vignette et une carte d’identité valides pour faciliter leur passage aux guérites, au cours des semaines qui précéderont la tenue du Sommet du G7.

Par Édouard Dufour, Journal Adsum

Près de 2000 membres des Forces armées canadiennes (FAC) offriront une assistance aux différents partenaires veillant au déroulement sécuritaire de l’activité. Cette collaboration, entamée depuis quelques mois, se déroulera jusqu’à la fin du Sommet et aura des effets sur les opérations normales de la Base Valcartier.

Les 8 et 9 juin, le Canada accueillera les représentants des plus grandes puissances économiques mondiales qui se réuniront à La Malbaie pour le Sommet du G7. Depuis l’automne, les FAC sont sollicitées par le gouvernement fédéral et la Gendarmerie royale du Canada (GRC) pour assurer un soutien en matière d’infrastructure et de logistique au Sommet du G7. «La GRC gérera l’ensemble de l’aspect sécurité, tandis que les FAC seront un de leurs partenaires», indique le colonel Stéphane Boucher, commandant du Groupe de soutien de la 2e Division du Canada (GS 2 Div CA). La Base Valcartier jouera principalement un rôle de soutien logistique au sein du Groupe intégré de la sécurité (GIS).

Sécurité rehaussée

Les mesures de sécurité de la Base Valcartier seront progressivement augmentées au cours des prochaines semaines. «On dit à tous les gens de s’assurer que leur automobile est bien identifiée avec la vignette nécessaire. La carte d’identité et les papiers d’immatriculation seront aussi vérifiés», précise le Col Boucher. Il confirme que les automobilistes qui n’auront pas les pièces d’identité requises en leur possession seront redirigés vers «les points de fouille» situés en bordure des guérites, afin de ne pas nuire à la fluidité de la circulation. Toujours selon le Col Boucher, en raison de ces «mesures de protection de la force» et de «l’augmentation de l’achalandage sur la Base au cours de la période du G7», les automobilistes devront s’attendre à voir considérablement augmenter le temps d'attente pour entrer sur le site le matin.

Mesures d’atténuation

Par ailleurs, certaines zones, ainsi que des activités de la Base, seront restreintes du 22 mai au 10 juin. À titre d’exemple, aucun événement ne se tiendra dans les mess les 7, 8 et 9 juin. Les employés civils se verront proposer des options afin de diminuer l’affluence prévue sur la Base, pendant les jours cruciaux que seront les 7 et 8 juin pour le Sommet du G7. Ils pourraient, par exemple, se prévaloir de leurs congés compensatoires ou annuels, travailler du domicile ou accumuler des heures de travail les jours précédents. «Aucun travailleur ne sera pénalisé», assure le Col Boucher, qui a récemment rencontré les représentants syndicaux concernés.

Cependant, beaucoup de militaires de la Base Valcartier seront encore assignés à l’exercice de brigade MAPLE RESOLVE 18, à Wainwright ou tout juste de retour. Dans ce dernier cas, certains d’entre eux seront en congé post-exercice, ce qui réduira l’achalandage sur la Base.

L’exercice BASTION NOVATEUR, réalisé à la mi-mars, a permis à la chaîne de commandement de peaufiner son temps de réaction et ses procédures de communications d’urgence. Pour les besoins de cette simulation, la Citadelle de Québec et la Base Valcartier servaient de scènes à l’exercice dont le scénario était basé sur le déroulement d’un sommet semblable à celui du G7. «Nous avons la responsabilité morale de protéger nos employés et notre maison-mère. C’est aussi très intéressant pour nous d’avoir l’occasion de travailler avec tous ces partenaires!», conclut le Col Boucher.

<< Back to home page