Des réservistes en action

Larger image

Par Édouard Dufour, Journal Adsum

C’est sous haute surveillance, dès le 7 juin, que les avions transportant les dirigeants des pays du G7 ont touché terre sur le tarmac de la base de Bagotville. Le Groupe-bataillon territorial (GBT) de Québec, une force auxiliaire de sécurité (FAS) formée de 150 réservistes, a veillé à ce que le passage des dignitaires se déroule sans anicroche. Zoom sur une opération massive de sécurité orchestrée avec soin.

Le lieutenant-colonel André Simard, commandant du Régiment du Saguenay, affirme que toutes les unités des 34e et 35eGroupes-brigades du Canada (GBC) ont été mises à contribution pour assurer l’étanchéité du périmètre de la base de Bagotville. «Le rôle du GBT était celui de soutien de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) sur les terrains de la Défense nationale qu’occupe la base de Bagotville», explique-t-il.

Dès l’automne 2017, le GBT a entrepris des entraînements réalistes en vue du G7. Ces simulations ont culminé par une série d’exercices se déroulant entre le 1er mai et le 4 juin. Le Lcol Simard confirme que «des normes individuelles d’aptitude au combat (NIAC), des cours de véhicules tout-terrain (VTT), de FAS, ainsi que des formations traitant des règles d’engagement» ont assuré une préparation optimale des troupes.«En plus des entraînements, il fallait se préparer à la bataille. Lorsqu’on est déployé comme FAS, il faut préparer des ordres, effectuer des reconnaissances et planifier des ressources humaines et matérielles comme des véhicules et du matériel défensif», explique le Lcol Simard.

La force d’une équipe

Des réservistes occupant des fonctions diverses comme celles de fantassin, d’ingénieur, d’artilleur, de chauffeur, de technicien en transmission et de commis à la logistique ont mis la main à la pâte pour faire de ce moment crucial du G7 un succès. Trois compagnies, dont une de service, étaient déployées pour assurer la défense des entrées principales et du périmètre de la base de Bagotville. «Nous pouvons compter sur des gens incroyables dans la Réserve! Nos membres ont démontré une grande capacité d’adaptation, mais aussi une volonté de participer à l’opération et de faire une différence concrète sur le terrain», commente le commandant du R du Sag. Il cite en exemple «l’entraide et le leadership» dont ont fait preuve certains réservistes, également étudiants en technique policière, afin d’aider leurs collègues dans le cadre de fouilles protocolaires de véhicules.

<< Back to home page