Camp Vimy : un défi organisationnel de taille

Larger image Grâce au travail acharné de l’équipe responsable du TEII, les réservistes en formation au camp Vimy bénéficient de toutes les structures d’entraînement nécessaires à leur réussite.

Par Édouard Dufour, Journal Adsum

Le trimestre estival d’instruction individuelle (TEII) au camp Vimy permet de former et d’héberger chaque année 2000 militaires de la Réserve à la Base Valcartier. Voici un aperçu des efforts déployés par les membres du Centre d’instruction de la 2e Division du Canada (CI 2 Div CA), afin d’orchestrer cet événement majeur.

«Pour le TEII, 95 % des ressources proviennent de l’extérieur. Les radios, les véhicules et les armes sont acheminés à l’avance. L’été, notre nombre d’instructeurs augmente aussi de 25 à 400», explique le major Pascal Croteau, G3 des opérations au CI 2 Div CA.

Une planification exhaustive a débuté depuis déjà plusieurs mois. Encore cette année, le TEI prodiguera des cours de base destinés aux fantassins, aux blindés et aux artilleurs de la Force de réserve. Une dizaine de cours seront aussi offerts aux recrues.

Selon le Maj Croteau, c’est une soixantaine de cours au total qui seront donnés cet été, représentant un budget de 13 millions de dollars. Il ajoute que «les cours de pionniers», retirés depuis plus de dix ans de la programmation, seront de retour cette année. Ces formations concernent «la mobilité et la défense des postes de commandement». Les fantassins y apprennent à exécuter quelques tâches, traditionnellement attribuées aux ingénieurs, impliquant l’utilisation «d’une scie mécanique, de cordes et d’explosifs». Le Maj Croteau stipule qu’une formation de mortier sera également offerte aux fantassins.

Dans le cadre de son édition 2018, le TEII intégrera à sa programmation un cours de reconnaissance d’infanterie de base, ce qui ne s’était pas vu depuis plusieurs années. Cela donnera l’opportunité aux membres de l’infanterie d’ajouter une précieuse corde à leur arc. Le Maj Croteau affirme que cette formation mobilisera plusieurs ressources telles que des bateaux d’assaut et des hélicoptères. «Avec le G7, l’entraînement de plusieurs militaires à Wainwright et les vacances de certains, notre défi est toujours de synchroniser tout le monde», conclut-il.

Sur le terrain

L’Adjum Roger Chiasson, un membre du CI 2 Div CA, débute la préparation du camp Vimy dès le mois d’avril. «Cette année, il y avait 12 pieds de neige à la grandeur du camp au moment où nous avons commencé», explique-t-il. À l’aide d’une excavatrice et de souffleuses, une équipe d’une vingtaine de militaires a mis en branle un plan d’action pour dégager les surfaces destinées à accueillir les 288 tentes subdivisées du camp Vimy.

L’Adjum Chiasson explique que la mise en service des commodités sanitaires, de l’électricité, de la connexion internet et des services alimentaires fait partie des tâches fondamentales à exécuter. Il confirme que le système électrique des zones 3 et 4 du camp Vimy, datant toutes deux de 1996, sera refait à l’automne. «Le système fournissant 12 ampères n’est plus assez puissant. Nous allons l’augmenter à 45 ampères», précise-t-il.

<< Back to home page