OP REASSURANCE : entretien avec un pilote canadien en Roumanie

Larger image Les pilotes canadiens déployés en Roumanie peuvent compter sur l’expertise d’une large équipe logistique au sol, afin de les assister.

Par Édouard Dufour, +adsum@forces.gc.ca

Près d’une dizaine de pilotes des 2e et 3e Escadres sont présentement déployés dans le cadre de la mission de police aérienne renforcée du Canada en Roumanie. Ce déploiement comporte son lot de défis et procure de nouvelles expériences à ces professionnels de l’aviation. Voici le résumé d’un entretien de l’Adsum avec le commandant du détachement aérien canadien déployé en sol roumain. À noter que l’identité de ce collaborateur ne peut être dévoilée pour des raisons de sécurité opérationnelle.

Q : En tant que pilote, quelles sont vos tâches en Roumanie?

R : «Au quotidien, nous fournissons des services de police aérienne renforcée à la Roumanie. Nous organisons une capacité de réponse rapide aux alertes. Ces alertes peuvent prendre la forme d’une présence aérienne non autorisée par les autorités roumaines, militaires ou civiles, telle que des avions non identifiés ne se conformant pas aux procédures normales.»

Q : Quels sont les appareils avec lesquels vous travaillez?

R : «Nous travaillons avec les CF-18 canadiens. Depuis notre arrivée, nous avons aussi mené des exercices avec les F-15 Eagles des États-Unis, ainsi qu’avec les Mig-21 et les Vipers de la Roumanie.»

Q : En quoi cette mission en Roumanie se différencie-t-elle de celles auxquelles vous avez pris part dans le passé?

R : «Les pilotes canadiens sont habitués de jouer un rôle d’analyse quantitative des risques en soutien à l’opération NOBLE EAGLE dans le nord canadien. Notre mission en Roumanie est similaire. Travailler dans un nouvel environnement procure cependant toujours de nouvelles expériences. Chaque pays détient par exemple sa propre version des lois en matière d’aviation. C’est comme conduire une voiture en Europe plutôt qu’au Canada. Alors que vous savez physiquement comment conduire une voiture, vous aurez parfois à apprendre la signification de nouveaux panneaux routiers et à vous assurer de rouler du bon côté de la route!»

Q : Comment cette mission contribuera-t-elle au développement de votre expertise professionnelle?

R : «La force aérienne canadienne doit être prête à être déployée rapidement partout dans le monde. En effectuant des déploiements planifiés comme celui-ci, chaque secteur d’expertise requis pour déployer et prendre en charge une opération aérienne de combat acquiert une expérience pratique précieuse.

Du point de vue du pilote, cela nous familiarise aux procédures utilisées dans différentes parties du monde. C’est également l’occasion pour nous de bénéficier de formations communes avec nos partenaires de l'OTAN. Cette mission améliore aussi les connaissances professionnelles de chaque pilote advenant le cas où le Canada devrait déployer rapidement des troupes dans cette région du monde. Nous avons l’opportunité de créer une relation avec le pays hôte et de mieux comprendre comment travailler ensemble. Les pilotes apprennent les procédures locales et sont informés des meilleures pratiques à suivre avec nos alliés de l'OTAN dans la région.»

<< Back to home page