«Fruit défendu» : entre communauté et individualité

Agrandir l'image Huit mois ont été nécessaires à Jean-Denis Laverdière pour confectionner son œuvre, «Fruit défendu». Photo - Simon Leblanc, Adsum

Par Simon Leblanc, journal Adsum

La statue dévoilée le 15 février à la Chapelle de la Base Valcartier a de quoi surprendre. On y voit la Vierge Marie tenant à la main un téléphone cellulaire et de l’autre, un chapelet se terminant par des écouteurs. L’œuvre intitulée «Fruit défendu» a justement pour but de provoquer une réflexion sur les valeurs spirituelles du monde moderne.

L’artiste derrière l’œuvre est Jean-Denis Laverdière, fils de militaire. Son père, le capitaine Ghislain Laverdière, est capitaine-adjudant du Royal 22e Régiment, à la Citadelle. C’est pour un cours du programme d’Art visuel du Cégep de Limoilou que le jeune Laverdière a réalisé cette création.

Derrière cette représentation de Marie, trône un crucifix en forme de «F» sur lequel est gravé le mot «share» (partager), un clin d’œil au réseau social Facebook. 

Par cette œuvre d’art engagée, Jean-Denis oppose l’individualisme de la société d’aujourd’hui aux mœurs des générations précédentes que la religion rassemblait en un lieu commun, l’église.

«Je voulais montrer l’évolution des mentalités. Avant, les gens se rejoignaient à l’église, alors qu’aujourd’hui, ils se rencontrent et échangent par le biais des réseaux sociaux», affirme-t-il.  

Jean-Denis Laverdière explique que la sculpture de Marie symbolise le partage entre les croyants qui se retrouvaient à l’église à l’époque où la religion était prédominante au Québec. Le cellulaire, les écouteurs en forme de chapelet et le crucifix en «F» ont été ajoutés pour illustrer le fait que l’amour et le partage s’expriment aujourd’hui par le biais des réseaux sociaux – avec un clic sur les boutons «J’aime» et «Partager» de Facebook par exemple.

«Aimez ce que je fais, partagez ce que je fais pour que moi je devienne populaire», image-t-il.    

Le jeune artiste a partagé une anecdote avec les gens qui étaient présents à l’inauguration. La première fois qu’il a présenté sa statue à l’école, il l’a placée au seul endroit de la pièce où les étudiants pouvaient capter un signal cellulaire. Par habitude, les étudiants se sont agglutinés à cet endroit pour consulter leur téléphone, sans d’abord remarquer la statue. Quelle ne fut pas leur surprise en levant les yeux de voir une statue de Marie observant son cellulaire comme eux!

«Sans même s’en rendre compte, les élèves faisaient partie de l’œuvre. Ils représentaient la société individualiste et branchée d’aujourd’hui», précise Jean-Denis. 

«Fruit défendu» sera exposée à la Chapelle de la Base Valcartier jusqu’à la fin de l’été.  

<< Retour à la page d'accueil