Le 430 ETAH de retour au bercail

Agrandir l'image Le colonel Jeannot Boucher, commandant de la 1re Escadre de l'aviation royale canadienne, accueille les membres du 430 ETAH. Photo - Cpl François Charest, 430 ETAH

Par Simon Leblanc, journal Adsum

Le 29 avril, une cinquantaine de membres du 430e Escadron tactique d’hélicoptères (430 ETAH) sont rentrés à la maison après plusieurs mois de déploiement. Ils servaient au sein du détachement d’aviation tactique de la Force opérationnelle aérienne en Irak, dans le cadre de l’opération IMPACT, l’engagement des Forces armées canadiennes à la lutte contre Daech.

Pour certain, le voyage a duré quatre mois. Pour d’autres, comme le major Mathieu Bertrand, c’est pour une durée de huit mois qu’ils ont pris part à différents types d’opérations héliportées pour la coalition mondiale contre Daech.

D’octobre 2016 à janvier 2017, le Maj Bertrand agissait à titre d’officier des opérations. Lors de la deuxième partie du déploiement du 430 ETAH, il a pris la relève du lieutenant-colonel Carol Potvin, commandant du 430 ETAH, en tant que commandant du détachement d’aviation tactique de la Force opérationnelle aérienne.

Dès le début des huit mois d’activité, le rythme des opérations a été élevé, explique le Maj Bertrand. C’était le début de l’attaque contre Daech pour reprendre Mossoul, une ville importante située au nord de l’Irak.

«C’était clair par le type, la quantité de cargos et les effectifs qu’on avait à transporter que la bataille de Mossoul en était une d’envergure», témoigne le Maj Bertrand.

Le transport de troupes et le transport de matériel faisaient partie des nombreuses tâches assurées par les membres du 430 ETAH en soutien à la coalition. Ils fournissaient également un soutien médical et un appui à l’entraînement des Canadiens aux forces kurdes. Sur une touche plus légère, les quatre hélicoptères CH-146 Griffon étaient aussi utilisés pour transporter le personnel responsable de réparer le barrage de Mossoul. Les pilotes volaient ensemble jusqu’à 16 heures par jour. Ils devaient rester disponibles 24 heures sur 24. 

«Les Forces armées canadiennes (FAC) se sont rendues indispensables par le soutien qu’on apportait là-bas. Je suis fier du service que nous avons rendu», indique le Maj Bertrand, en ajoutant qu’au mois de mars, la demande de soutien s’est tellement accrue que le nombre d’heures de vol s’est élevé à plus de 300 heures.   

Pour supporter ce rythme, des gens du 430 ETAH d’une quinzaine de métiers différents étaient sur place. Ça passait par l’intelligence, les opérations, les mécaniciens et la logistique.

Le Canada représentait le seul transport héliporté disponible, un facteur obligean le personnel à se montrer très flexible.  

«C’était une très belle visibilité pour le Canada auprès des pays qui étaient en place. On a reçu des lettres de remerciement des autres nations pour nous dire comment elles appréciaient nos services. On pouvait parfois leur sauver plusieurs heures de déplacement sur des routes dangereuses, ce qui les rendait plus efficaces», témoigne le Maj Bertrand.

Les militaires du 430 ETAH reconnus

Le 1er mai, le 430 ETAH tenait une cérémonie de reconnaissance. Une soixantaine de membres de l’escadron ont été honorés pour le travail réalisé au sein du détachement d’aviation tactique de la Force opérationnelle aérienne en Irak. Plusieurs ont reçu l’Étoile de campagne générale – EXPÉDITION qui est décernée aux membres qui prennent part à un déploiement dans un théâtre d’opérations défini pour prendre part à des opérations en présence d’un ennemi.  

«Je me réjouis vraiment du travail acharné accompli par les membres du 430 ETAH au cours de leur déploiement. Ils méritent entièrement la reconnaissance qu’on leur témoigne aujourd’hui. Je tiens aussi à souligner les sacrifices consentis par leurs amis et leur famille durant cette période, car, sans l’ombre d’un doute, leur soutien a contribué pour beaucoup au succès que nous avons connu à l’étranger», affirme le Lcol Potvin.

Encore aujourd’hui, le Canada demeure un partenaire engagé envers la Coalition mondiale contre Daech. Pas moins de 830 militaires y prennent part. 

 

  

<< Retour à la page d'accueil