Santé mentale : Le psychologue Marc-André Dufour honoré pour ses accomplissements

Agrandir l'image Le 12 juin, le psychologue de la Base Valcartier, Marc-André Dufour, a reçu le prix méritas Réjean-Marier de l’intervenant 2015-2017 par l’AQPS. Photo - François Pinard, photographe

Par Édouard Dufour, journal Adsum

L’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) a remis, le 12 juin, le prix méritas Réjean-Marier de l’intervenant 2015-2017 au psychologue Marc-André Dufour. Ce prix souligne la contribution exceptionnelle de ce psychologue clinicien travaillant à la Base Valcartier.

«La prévention du suicide n’est pas qu’un emploi pour Marc-André. C’est un engagement sincère et constant, une mise en action digne d’un militant», souligne Jérôme Gaudreault, directeur général de l’AQPS.

Voilà près de 25 ans que Marc-André Dufour s’implique activement dans la prévention du suicide. «J’ai été super touché. Ce prix est significatif pour moi», explique le récipiendaire du méritas de l’AQPS.

C’est en intervenant auprès de familles endeuillées par le suicide d’un proche que le psychologue a constaté «le tsunami de souffrance» que ce geste engendre. «En ce qui me concerne, ça m’a donné une profonde motivation pour m’impliquer», précise M. Dufour.

Il a alors multiplié les interventions mettant en lumière les enjeux de santé mentale lors d’émissions de grande écoute telles Aubaines et Cie à la chaîne télévisuelle V et l’émission de radio Québec aujourd'hui, animée par Stéphane Gasse.

«J’ai fait ces interventions dans les médias pour que les gens comprennent que la santé mentale se travaille tous les jours comme lorsque quelqu’un fait de l’exercice physique et consomme des aliments sains», précise Marc-André Dufour.

Propager le message

En plus de ses apparitions publiques, M. Dufour a partagé son savoir lors de conférences traitant de la santé mentale et de la souffrance. «Ce n’est pas la souffrance qui cause le suicide, mais bien l’incapacité à accueillir cette souffrance», témoigne le psychologue au sujet de la réalité des gens qu’il rencontre dans le cadre de ces conférences. 

L’approche favorisée par Marc-André Dufour est la recherche de solutions personnalisées et adaptées à la réalité de chacun de ses patients. «Il n’y a pas une personne qui réagit de la même manière à la médication. Par exemple, la médication peut aider quelqu’un à dormir. Son énergie remontera et on pourra ensuite évaluer ses autres besoins.»

Des mots sur les maux

Selon les statistiques, les hommes se suicideraient trois fois plus souvent que les femmes. La persistance de la gente masculine à vouloir laisser le temps «arranger les choses» est ciblée par M. Dufour pour expliquer cette statistique. «Si ta tondeuse est brisée, mais que tu ne fais que la remiser dans ton cabanon, elle ne se réparera pas toute seule», image le psychologue à propos des gens ne cherchant pas d’aide professionnelle malgré leurs difficultés. 

«Certains croient qu’ils ont tout essayé, mais ce n’est pas vrai. Ils doivent mettre des mots sur ce qu’ils vivent. Ils peuvent ensuite prendre un peu de recul. Le suicide est un geste tragique, mais évitable», conclut, optimiste, Marc-André Dufour.  

 

<< Retour à la page d'accueil