Nouveau manège militaire du 35 RGC : design architectural et pragmatisme éprouvés

Agrandir l'image De l’extérieur, le bâtiment se veut invitant pour ses visiteurs

Par Édouard Dufour, journal Adsum

L’Adsum a visité les nouvelles installations du 35e Régiment du génie de combat (35 RGC), d’une superficie de 4005 mètres carrés, le 26 octobre. Après une année et demie de travail, les travaux débutés en 2016 sont essentiellement terminés.

Les membres du 35 RGC pourront occuper le bâtiment dès le mois de mars 2018. Ce projet représente un investissement total de 23,2 millions de dollars. «Il s’agit d’un très beau projet et nous sommes présentement en deçà du budget autorisé», mentionne Jacques Vaillancourt, gestionnaire de la direction et de la réalisation du projet. Le nouveau bâtiment est situé dans le secteurdeSainte-Foy,àl’intersectionduboulevardHochelagaetdelarueFiedmont.

L’édifice polyvalent comporte deux étages et abrite des bureaux, une zone d’exercice, ainsi que de l’espace d’entreposage et des salles de classe. «Le gymnase servira aussi de salle de rassemblement», précise M. Vaillancourt.

La constructions’inscritdansl’espritdesorientationsduProgrammeparticulierd’urbanisme(PPU)duplateaucentredeSainte-Foy.Leconcepta étéélaborédesortequelemanègedemeure,entreautres,étroitementassociéauboulevardHochelagaetpénètrelemoinspossibleàl'intérieurdufutur quartierrésidentiel de ce secteur. «Les membres de l’Unité des opérations immobilières (UOI) se sont assurés, tout au long de ce processus de construction, de répondre aux besoins reliés aux infrastructures et au soutien institutionnel», mentionne le Capitaine Michel Carrier, membre de cette unité.

Norme importante

La construction respecte les normes du niveau argent du système d’évaluation environnementale LEED, reconnu comme la marque internationale d’excellence pour les bâtiments durables dans plus de 132 pays. «L’utilisation de matériaux locaux naturels, la préservation des arbres sur la propriété, la rétention d’eau souterraine et l’utilisation des transports publics locaux pour réduire le nombre de places de stationnement», sont tous des critères permettant de se conformer à ces normes. De plus, le contrôle automatisé du chauffage et de l’éclairage devrait permettre d’économiser jusqu’à 35 % des coûts énergétiques, comparativement à un bâtiment standard.

«Nous avons aussi laissé une grande place à la lumière naturelle, tout en préservant le maximum d’arbres sur le terrain», ajoute Jacques Vaillancourt au sujet de la philosophie de construction préconisée pour la réalisation de ce projet.

Quelques travaux seront accomplis au cours des prochaines semaines, tels que l’installation du mobilier et la connexion des réseaux téléphoniques et informatiques. «Nous effectuons les dernières vérifications des systèmes s’y trouvant», indique M. Vaillancourt. Celui-ci conclut que la robustesse du bâtiment assurera à ses occupants «une quarantaine d’années à l’abri des réparations d’importance».

<< Retour à la page d'accueil