Exercice massif de l’OTAN : des membres du 5 GBMC bientôt en Norvège

Agrandir l'image

Par Édouard Dufour, +adsum@forces.gc.ca

Le Canada, en collaboration avec 29 autres nations, prendra part à l’exercice multilatéral de l’OTAN en Norvège intitulé TRIDENT JUNCTURE, du 25 octobre au 23 novembre. Les membres du quartier général du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC) et de plusieurs unités prendront part à cet exercice colossal impliquant plus de 45 000 militaires.

«La chaîne de commandement du 5 GBMC sera en appui au commandement terrestre de l’OTAN», affirme le major Éric Beauchamp, G5. «Cet exercice servira aussi de plateforme pour certifier et revalider la préparation d’environ 500 membres provenant essentiellement du 3eBataillon, Royal 22eRégiment (3 R22eR), en vue de leur déploiement futur en Ukraine. D’autres unités de la brigade, comme le 5eBataillon des services, seront également présentes», précise-t-il.

Le Maj Beauchamp indique que c’est un grand défi qui attend les membres du 3 R22eR en Norvège. «Ils prendront part à un scénario de guerre conventionnelle de huit jours sur des terrains complexes», explique-t-il. Selon l’officier, les combattants du 3 R22eR simuleront d’abord une offensive conventionnelle contre leurs homologues italiens. Ils se frayeront alors un chemin sur un sol rocailleux parsemé de marécages et dans une zone montagneuse, tout en affrontant des précipitations abondantes de pluie la nuit venue. «Les membres vont devoir faire attention pour ne pas se blesser ou souffrir d’hypothermie. C’est aussi le rythme des opérations qui va dicter combien de temps ils pourront dormir», soutient le Maj Beauchamp au sujet de l’exigeant exercice scandinave TRIDENT JUNCTURE.

Le deuxième segment de la simulation permettra à des troupes norvégiennes de joindre les membres du 3 R22eR, alors que ce sera aux Italiens de passer à l’attaque. «Les Canadiens et les Norvégiens devront défendre une large zone couvrant une centaine de kilomètres», souligne le Maj Beauchamp. Celui-ci spécifie que les troupes pourront compter sur des BV-206, un véhicule sur chenille muni d’une cabine chauffée, afin de se protéger par moment des intempéries.

C’est plus de 10 000 véhicules militaires qui fouleront le sol norvégien dans le cadre de cet exercice nordique. «Les troupes rencontreront certains villages et de petites agglomérations, c’est pourquoi un grand travail de coordination et d’information de la population locale a déjà été fait par le pays hôte», stipule le Maj Beauchamp.

Voilà maintenant plus d’un an que la chaîne de commandement de la brigade prépare sa participation à l’exercice TRIDENT JUNCTURE. À cet effet, le Maj Beauchamp a pris part à des rencontres préparatoires avec les représentants des armées alliées, en Allemagne, en Turquie et en Norvège. L’amélioration de la communication entre les pays de l’OTAN est l’un des objectifs centraux de l’exercice. Cette démonstration de force pourrait avoir un effet dissuasif auprès d’une menace potentielle ciblant les membres de l’OTAN ou de ses alliés, selon le G5 de la brigade.

Expertise canadienne

La planification et l’organisation seraient deux domaines dans lesquels le Canada détient une réputation enviable auprès de ses alliés de l’OTAN. «En tant qu’armée de petite taille, nous avons aussi développé une polyvalence qui est très utile», confie le Maj Beauchamp.

<< Retour à la page d'accueil