Keven Martel : à la conquête du Canada pour une bonne cause

Agrandir l'image Keven Martel, un passionné de l’activité physique et de la survie en forêt, entreprendra la traversée du Canada en juin prochain.

Par Édouard Dufour, +adsum@forces.gc.ca

Après avoir servi son pays au cours des 14 dernières années, le caporal-chef à la retraite Keven Martel, un ancien membre du 12e Régiment blindé du Canada, a changé de carrière. Nouvellement conférencier-motivateur, il accomplira une série de défis physiques colossaux dans les prochains mois, afin d’amasser des fonds pour le programme Sans limites.

Le Cplc (ret) Martel arrivera bientôt à l’aube de son premier objectif intitulé «La course de l’espoir», une épreuve de course à pied de 360 kilomètres qu’il effectuera en six jours, du 11 au 16 novembre. Le sportif partira de la Garnison Saint-Jean pour se rendre à la Base Valcartier, en passant par les villes de Saint-Hyacinthe, Drummondville, Victoriaville et Trois-Rivières. «J'ai décidé de faire cette course afin d'accroître la visibilité du programme Sans Limites. Ce programme permet de venir en aide et d’apporter un peu d'espoir dans la vie des gens qui ont été ʺbrisésʺ durant leur service. Je souhaite ainsi démontrer que même lorsqu’on se sent parfois ʺbriséʺ, il ne faut jamais perdre espoir. Il faut continuer à avancer, un kilomètre à la fois», explique Keven Martel. En signe de solidarité, le caporal-chef à la retraite Steve Cloutier, ami de longue date de M. Martel et participant au programme Sans Limites, sera en charge de la logistique pendant la durée du trajet.

En 2009, Keven Martel a été déployé en Afghanistan comme mitrailleur de véhicule. Témoin des ravages physiques et mentaux de la guerre, il s’est rapidement senti interpellé par la philosophie de Sans Limites. Celle-ci prône le rétablissement mental et physique des militaires blessés grâce à la pratique de sports et d’activités physiques exigeantes.

L’épreuve d’une vie

C’est en juin 2019 que Keven Martel entreprendra son défi le plus ambitieux : la traversée du Canada, de sa position géographique la plus à l’est jusqu’à celle la plus à l’ouest. Ce défi en solitaire de 10 000 kilomètres en vélo, à la marche, en kayak et en skis de fond n’a encore jamais été tenté sous cette forme. Le départ se tiendra au cap d’Espoir, sur l’Île de Terre-Neuve, le point le plus à l’est du Canada et de l’Amérique du Nord. L’arrivée aura lieu, huit mois plus tard, au point de jonction de la frontière Alaska-Yukon et de l’océan Arctique, dans le parc national Ivvavik, à environ neuf kilomètres à l’est de Gordon, en Alaska.

En vue de cet objectif, M. Martel s’entraîne activement depuis les deux dernières années. De nombreuses heures quotidiennes d’entraînement en salle et à l’extérieur font partie de son quotidien. À titre d’exemple, le sportif se lève chaque matin avant le lever du soleil, afin d’effectuer une course matinale variant entre 12 et 15 kilomètres.

Keven Martel effectuera seul cette traversée du Canada. Des vivres et du matériel lui seront acheminés à l’avance par le biais d’une vingtaine de points de ravitaillement. L’ancien militaire pourra compter sur l’indéfectible soutien de sa conjointe, Suzie Jomphe. Il estime d’ailleurs qu’il ne pourrait pas entreprendre une telle aventure sans l’aide de celle-ci.

Les gens souhaitant soutenir le programme Sans Limites et en apprendre davantage sur les projets de Keven Martel peuvent se rendre sur Kevenmartel.com.

<< Retour à la page d'accueil