Jour du Souvenir : série d’hommages à Québec

Agrandir l'image

Par Édouard Dufour, +adsum@forces.gc.ca

Dignes et impassibles malgré le froid cinglant du 11 novembre, les militaires de la région de Québec ont commémoré le jour du Souvenir, et plus spécialement, le 100e anniversaire de la signature de l’Armistice en novembre 1918.

À la Base Valcartier, la cérémonie du jour du Souvenir a regroupé plus de 400 personnes. George J. Millette, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale âgé de 95 ans, est venu déposer une couronne de fleurs au pied du cénotaphe de la Base. Il en a été de même pour les nièces du caporal Joseph Kaeble, héros francophone de la Première Guerre mondiale s’étant mérité la Croix de Victoria.

Les chants cristallins de la chorale des épouses de militaires et de celle de l’école Alexander-Wolff et ont su traverser le vent glacial pour réchauffer le cœur de la foule rassemblée devant le cénotaphe.

En plus de la lecture de deux poèmes inspirants écrits par des élèves de l’école Dollard-des-Ormeaux, deux prières, l’une en français et l’autre en anglais, ont été lues par des aumôniers de la Base Valcartier. Voici un extrait marquant tiré de l’une de ces prières : «Puissions-nous être inspirés par leur don de soi et ainsi honorer leur mémoire grâce à la poursuite continue de la démocratie, par la liberté, le droit et la justice pour tous, et ce, indépendamment de nos diversités culturelles, linguistiques ou religieuses.»

Les participants à la cérémonie ont levé les yeux au ciel lorsque trois puissants hélicoptères CH-146 Griffon provenant du 430e Escadron tactique d’hélicoptères ont effectué un passage au-dessus de la foule, en signe de respect.

Québec

Deux cents membres du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada ont pris part à la cérémonie commémorative de l’Armistice à la Croix du Sacrifice, auprès de l’entrée des plaines d’Abraham à Québec.

Au cours de l’activité de recueillement solennel dans les rues de Québec, les troupes ont observé un moment de silence en mémoire des femmes et hommes en uniforme de plusieurs générations qui ont donné leur vie au service du Canada. Au programme de la cérémonie figurait l’interprétation de l’hymne national, de la pièce musicale Sonnerie aux morts jouée à la trompette, ainsi que la lecture de prières.

Ce rassemblement massif de la communauté militaire revêt une signification lourde de sens : ceux tombés au combat ne seront pas oubliés. Leur courage et leur détermination occupent une place de choix dans la mémoire et le cœur de leurs proches toujours parmi nous. Ce même courage et cette détermination continueront de rejaillir à travers les agissements des militaires qui continueront à défendre la patrie.

Les Premières Nations se souviennent

Une parade militaire a également eu lieu le 11 novembre, à Wendake, au cœur de la communauté huronne-wendat. Une délégation de militaires du 5 GBMC formée à cette occasion de membres du 3e Bataillon, Royal 22e Régiment, a pris part à ce défilé qui s’est amorcé au restaurant Sagamité pour finalement se conclure au bas des escaliers du Carrefour artistique de Wendake. Une cérémonie s’est alors tenue à cet endroit. Le Grand Chef Konrad Sioui y a prononcé une allocution d’ouverture avant que ne soit interprétée la Sonnerie aux morts, une minute de silence, ainsi que le Chant de la Huronne, en hommage aux guerriers autochtones de la communauté de Wendake.

Rappelons que le 5 GBMC a souligné le lien historique l’unissant à cette communauté autochtone avec l’adoption par la Brigade, en 2017, de l’insigne de la Force opérationnelle AHKI’WAHCHA (esprit guerrier). Cette reconnaissance rend hommage aux membres des nations autochtones qui ont servi au sein des Forces armées canadiennes dans les différents conflits impliquant le Canada, dont la Première et la Seconde Guerre mondiale.

La fin d’une guerre

Cette année marquait également les 100 ans de la fin de la Première Guerre mondiale. Pour cette occasion, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a participé à une série d’activités commémoratives se déroulant en France. M. Trudeau, accompagné d’une délégation d’anciens combattants canadiens, a assisté à une cérémonie du jour du Souvenir au Monument commémoratif du Canada à Vimy, dédié à la mémoire des Canadiens qui ont combattu et perdu la vie durant cette guerre.

Le premier ministre s’est ensuite rendu au Musée d'Orsay, à Paris, afin de prendre part à un dîner protocolaire avec Emmanuel Macron d’autres dirigeants internationaux. C’est finalement le 11 novembre qu’a eu lieu la grande cérémonie de l'Arc de triomphe, dans le cadre des cérémonies soulignant le 100e anniversaire de l’Armistice, déclaré à la fin de la Première Guerre mondiale.

Durant cette guerre, seulement en France, plus de 11 000 soldats canadiens ont été portés disparus et présumés morts, et ce, sans recevoir de sépultures connues. Au cours de la bataille de Vimy, qui s’est amorcée au matin du 9 avril 1917 et qui a duré quatre jours, les pertes humaines ont été majeures. Lors de cette bataille, 3600 Canadiens ont perdu la vie. C’est le 9 avril 1917 que l’assaut canadien sur les lignes allemandes à la crête de Vimy a commencé.

Environ 650 000 Canadiens et Terre-Neuviens ont participé à la Première Guerre mondiale, de 1914 à 1918. Plus de 66 000 d’entre eux ont consenti le sacrifice ultime et plus de 172 000 ont été blessés. Des cérémonies et des activités commémoratives se sont aussi tenues au Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa.

<< Retour à la page d'accueil